Le vote stratégique, à six mois des élections

spiky/ avril 27, 2018/ Coups de gueule, Politique

La beauté des élections à dates fixes, c’est que la campagne électorale se mozzarellise et s’étire à l’infini, sans jamais rajouter de substance. Miam.

On est à six mois des élections, mais il ne se passe pas une semaine sans attaque partisane, sans annonce ou coup de pub d’un parti ou l’autre. Les sondages s’intensifient aussi. QS est à la hausse, le PQ à la baisse et la météo va dans tous les sens. La course pour le pouvoir va donc être entre les libéraux et la CAQ jusqu’à nouvel ordre. L’un comme l’autre a des chances de gagner, en mode majoritaire ou minoritaire.

Premièrement, tout ça est déprimant. Les libéraux, on sait c’est quoi. C’est l’austérité, les partenariats public-privé, les privilèges aux amis, le démantèlement social. Ça pue. Une proportion très majoritaire de la population ne veut spécifiquement pas ça. (Très majoritaire, c’est un chiffre assez gros pour que même Stéphane Dion soit d’accord que c’est la majorité.) Rappel : 70% des électeurs inscrits n’avaient pas voté pour les libéraux en 2014.

Le danger, c’est que l’écoeurantite aigüe va faire cristalliser le vote d’opposition sur qui-que-ce-soit qui donne l’impression de pouvoir les battre. Peu importe ce qu’ils vont dire ou faire, la CAQ ont une grosse qualité: ils ne sont pas les libéraux. Les autres partis aussi peuvent le dire, mais ils ne dominent pas les sondages. C’est le moment de crier « alerte, alerte ».

L’idéologie CAQ

La CAQ a comme idéologie principale de détruire l’État, de déplacer ses fonctions dans la sphère privée, en santé, en éducation, dans les garderies, en infrastructures… Alerte, alerte. Construire, ça prend un ordre de grandeur plus de temps que détruire. Tout ce que les libéraux ont de détestable, la CAQ l’a en pire. Sauf sur le bout « corrompus », donnez-leur une chance, ils n’ont pas eu l’occasion de se remplir les poches. Pas encore.

Bref, une CAQ au pouvoir, c’est une catastrophe pire que de garder les libéraux. Les actuels ministres de la Santé (Barrette) et de l’Éducation et la Famille (Proulx) sont des transfuges de la CAQ : imaginez un gouvernement complet. Vous trouvez que Martin Coiteux est un néolibéral dégueulasse? True story. Mais laissez-moi vous présenter Youri Chassin, qui ne croit pas au concept de « bien commun ». Vous êtes sûrs que c’est un bon trade?

Vous trouvez que Martin Coiteux est un néolibéral dégueulasse? True story. Mais laissez-moi vous présenter Youri Chassin, qui ne croit pas au concept de « bien commun ». Vous êtes sûrs que c’est un bon trade?

Ben là, quand même pas encore les libéraux?

Je ne vais quand même pas vous encourager à voter libéral. Y a toujours ben des limites. Mais je vous encourage à ne pas voter CAQ. Exception accordée pour les citoyens dans la circonscription de Barrette; lui, c’est ok, faut juste qu’il sorte de l’Assemblée nationale, c’est un danger public. J’aurais même peur qu’il reste ministre de la Santé dans un gouvernement caquiste.

Ce qui est encourageant, avec les tendances de sondages, c’est que ça fait fuir les libéraux avant même les élections. Jean-Marc Fournier et Martin Coiteux ne quitteraient probablement pas le navire s’ils se savaient reconduits facilement au gouvernement. Peut-être que la bonne stratégie est de dire aux sondeurs que vous allez voter CAQ et ne pas le faire? Win-win.

Peut-être que la bonne stratégie est de dire aux sondeurs que vous allez voter CAQ et ne pas le faire? Win-win.

Je disais que c’est déprimant. Quoi espérer d’une élection où toutes les avenues possibles sont négatives? Voici une petite liste des prix de consolation que j’espère voir arriver dans cette élection.

  1. Un gouvernement minoritaire. Points bonus si QS a la balance du pouvoir.
  2. Jean-François Lisée perd Rosemont contre Vincent Marrissal.
  3. Gaétan Barrette perd tout court.
  4. QS gagne dans Pointe-Aux-Trembles (l’ironie serait quand même solide, hein, Jean-Martin Aussant?).
  5. QS gagne dans Taschereau (Catherine Dorion à l’Assemblée nationale = oui).

Sinon, Radio-Canada prévoit que si la tendance se maintient, la seule manière de passer une belle « soirée des élections » sera d’en faire une soirée de type « Super Bowl » avec des chums, des ribs, des ailes de poulet et une analyse en profondeur des publicités intégrées dans le show.

Share this Post

Questions, insultes, commentaires?

Please Login to comment